NOTICES BIOGRAPHIQUES
Site Pères Blancs France

Père André Monnier

1922 - - 2018

...André est né le 17 juillet 1922 à Belfort. Sa maman était alsacienne, et son père était suisse. Ce dernier était protestant. André a grandi dans un milieu ouvrier, et lui-même aimait dire qu'il avait travaillé en usine. Toute sa vie il gardera cette proximité avec le monde ouvrier et il restera engagé dans des rencontres œcuméniques. Il a été formé au Petit Séminaire de Luxeuil-les-Bains et au Grand Séminaire de Faverney. En juillet 1943, il est réquisitionné pour le S.T.O. en Autriche. En 1945, il s'évade et s'engage dans un bataillon médical de la 1ère Division Blindée.

En 1946, il frappe à la porte des Pères Blancs. Les novices étaient si nombreux cette année-là, qu'il fallut dédoubler le noviciat. C'est ainsi qu'André fit son noviciat à Carthage et continua sa formation théologique à Thibar. Il prononça son serment missionnaire le 30 janvier 1950 et fut ordonné prêtre le 28 juillet de la même année.

Nommé au Vicariat de Bobo-Dioulasso, il commence par apprendre la Bambara à Niangoloko, avant d'être nommé au petit séminaire diocésain de Nasso où il se fait apprécier par son dévouement. Il réussit bien avec les élèves de 7ème, même si lui-même souffre un peu de ne pas trouver la perfection. Son tempérament Franc-Comtois en fait un homme assez entier et strict avec lui-même, et il souffre de ne pas toujours trouver la même discipline chez les autres !

En 1956, on lui permet enfin de quitter le séminaire, où il se trouve à l'étroit, et il rejoint la mission de Karangasso, dans la Préfecture de Sikasso. Il s'y implique avec zèle dans le travail paroissial. Ses confrères voient qu'ils peuvent compter sur lui, et, en janvier 1960, ils lui confient la fondation d'un poste à Koutiala, où il aide les fonctionnaires à préparer divers concours. Il fait si bien qu'on le nomme responsable des écoles de la Préfecture. Les maîtres lui font confiance et le respectent. Le Régional signale toutefois qu'il admet difficilement la contradiction, et que c'est un bourreau de travail qui a besoin d'être modéré. En 1963 on le charge de l'enseignement d'une classe de l'Ecole Normale ; C'est une tâche qu'il aime, et où il s'épanouit.

En 1964 il est nommé à Paris, rue Friant, où est mis au service de la Sainte Enfance. Les responsables de cette Œuvre Pontificale apprécient son expérience et son dévouement. En même temps, il assure également des catéchèses dans l'enseignement public à Paris.

En 1969 il est nommé à Niamey, au Niger. Il va y rester 6 ans. Il va pouvoir donner toute sa mesure au service des enseignants, des étudiants, des élèves, des Frères et des Sœurs, sans oublier toutes les activités attachées à une paroisse…Il fait de la catéchèse, assure aussi une présence auprès des militaires du Camp Leclerc. Son enthousiasme apostolique ne faiblit pas et trouve de multiples occasions de présenter la Bonne Nouvelle.

Après une année de recyclage, en 1975-1976, à l'Institut de Science et Théologie des Religions (I.S.T.R.) de Paris, il repart pour Bamako où on lui confie la charge d'aumônier diocésain des enseignants. Il aime aussi servir d'intermédiaire entre les missions et les services culturels des ambassades, ce qui lui procure des contacts avec le monde des expatriés.

En 1980 il rejoint la paroisse de la cathédrale. Il a alors la soixantaine et commence à se pacifier et il se trouve de nouveaux jobs comme l'entretien du parterre de fleurs et l'animation de la chorale. En 1991, il demande à rentrer en France pour se rapprocher de son vieux père qui a 93 ans et se trouve en maison de retraite à Dole.

Il accepte d'abord d'aider l'économe de Bry-sur Marne pour gérer l'achat des médicaments et régler les factures. Mais cela ne remplit pas sa vie et il a soif de s'engager dans la pastorale. L'évêque de Créteil va d'abord lui confier un mi-temps dans le secteur paroissial de Villiers-sur-Marne. Puis, en 1995, il lui confie un service paroissial à plein temps à Champigny où il réside, tout en étant attaché à la communauté de Vanves.


En 1998, à l'âge de 76 ans, il rejoint la communauté de Mours où il va passer ses vingt dernières années. Bien qu'atteint d'arthrose, André n'est pas un homme à se morfondre dans l'oisiveté. L'évêque de Pontoise lui confie la charge de Délégué diocésain à la Coopération missionnaire. De plus il prend des engagements pastoraux avec une Equipe Notre Dame et avec un groupe œcuménique. Il participe activement à la Chorale de Conti et est toujours disponible pour rendre des services dans les paroisses environnantes. Il est membre du club local des Retraités avec lesquels il aime partager une partie de belotte ou de tarot. Il se donne également à cœur joie dans l'horticulture, plantant et entretenant chaque année quelques 1200 bulbes de tulipes et narcisses.

Tout ce qui est beau le passionne. Il achète des revues d'art et constitue des albums sur les églises, les cathédrales et les beaux monuments…Surtout, il se passionne pour l'astrologie, achetant régulièrement une revue consacrée au cosmos, qu'il découpe soigneusement pour constituer des albums qui font sa fierté. Ses intérêts sont illimités, et après son décès les confrères seront surpris par le nombre de livres d'exégèse, de théologie, de spiritualité, d'histoire et d'art qu'il laisse dans sa chambre. Il est heureux, et aime faire partager ses passions avec ses confrères. En communauté il est renommé pour son sens de l'humour, et tous apprécient ses nombreuses histoires. C'est dire qu'André a vécu pleinement ses dernières années, laissant le souvenir d'un confrère épanoui, toujours prêt à réjouir ses compagnons de vie.

Il nous a quittés paisiblement le 11 février 2018, à l'âge respectable de 95 ans, laissant le souvenir d'un amoureux de la vie, du beau, de la création, de la vie communautaire, et surtout de son Seigneur qui saura amplement combler tous ses désirs. Ayant fait le don de son corps à la science, il n'y a pas eu d'inhumation. Mais il a eu droit à une belle et joyeuse cérémonie d'obsèques en l'église de l'Isle-Adam animée par la chorale dont il faisait partie.

François Richard



PROFILES

Father André Monnier

1922 - - 2018

Soon